formats

Bienvenue sur Radio-Dzair.com

Publié le 23 novembre 2014, par dans Non classé.

Radio Dzair fait peau neuve,nouveau site,nouveau souffle,nouvelle aventure

formats

Journées des arts dramatiques de Tissemsilt: consécration de la troupe Mahfoud Touahri de Miliana

Publié le 29 mars 2015, par dans Non classé.
Journées des arts dramatiques de Tissemsilt: consécration de la troupe Mahfoud Touahri de Miliana
TISSEMSILT – La troupe « Mahfoud Touahri » de Miliana (Ain Defla) a décroché le prix de la perle d’or récompensant la meilleure représentation complète aux deuxièmes journées nationales des arts dramatiques qui ont pris fin samedi à Khemisti (Tissemsilt). Cette troupe, qui a participé avec la pièce « Si El Moukhridj », a…

Lire la suite      

formats

Souk Ahras: diffuser une « culture de l’optimisme »

Publié le 29 mars 2015, par dans Non classé.
Souk Ahras: diffuser une
SOUK AHRAS- Les poètes et écrivains algériens et tunisiens participant aux 3èmes journées littéraires de Souk Ahras, ouvertes dimanche, ont appelé à diffuser une « culture de l’optimisme » et à promouvoir « l’espoir en des lendemains meilleurs ». Cet espoir « renaîtra par la mise en valeur de la sagesse des anciens poètes, philosophes…

Lire la suite      

formats

Passeport biométrique: les délais de livraison réduits bientôt à une semaine

Publié le 29 mars 2015, par dans Non classé.

Les délais de livraison du passeport biométrique seront bientôt réduits à une semaine, ou à 10 jours au plus tard, a affirmé dimanche à Alger, le directeur général de la modernisation et des archives au ministère de l’Intérieur et des Collectivité locales, Abderrazak Henni.
M. Henni a expliqué que le retard accusé dans la délivrance du passeport biométrique est dû au « rush » enregistré en novembre et décembre derniers dans les daïras, assurant que cette situation sera bientôt « réglée ».

Relevant qu’à ce jour, le passeport est remis dans des délais allant de 15 à 20 jours, M. Henni, qui intervenait sur les ondes de la chaîne 3 de la Radio algérienne, a souligné qu’entre 22.000 et 25.000 passeports biométriques sont confectionnés par jour et que 4.500.000 ont déjà été livrés.

Il a indiqué, en outre, que les passeports seront renouvelables même au delà du 24 novembre 2015, date à laquelle les anciens passeports ne seront plus valables.

Il a, par ailleurs, fait remarquer qu’une nouvelle disposition a été prise en vertu de laquelle, les parents ne seront plus obligés de présenter leurs enfants de moins de 12 ans à la daïra. Une photo classique qui sera scannée suffira pour leur demande de passeport biométrique, a-t-il expliqué.

Interrogé sur les difficultés rencontrées par la communauté algérienne vivant à l’étranger quant à l’établissement du passeport biométrique, M. Henni a affirmé que « les retards enregistrés sont souvent dus à la prise d’empreinte ou de la photo ».

Le responsable a annoncé que dans une semaine, un site web sera lancé pour permettre aux citoyens de suivre l’acheminement de leur dossier de passeport biométrique.

Concernant la carte d’identité nationale biométrique, le représentant du ministère de l’Intérieur a indiqué que « tout est fait pour être dans les délais ».

Pour le permis de conduire, M. Henni a relevé que « le travail a commencé » mais, que « le premier permis de conduire biométrique ne sera pas délivré avant l’année 2016″, ajoutant que le fichier national du permis de conduire « sera finalisé dans un mois » et qu’un fichier national existait déjà pour la carte grise. Lire la suite      

formats

«Les dates historiques passent inaperçues»

Publié le 29 mars 2015, par dans Non classé.

« Nous devons laisser des témoignages véridiques et loin de toute falsification sur l’histoire de la glorieuse Révolution, pour les jeunes générations. Nous sommes responsables», soutient le moudjahid Mohamed Ghafir dit Moh Clichy, un ancien responsable à la Fédération de France du FLN, lors d’une conférence organisée, vendredi, par l’association Jeunes et Patrimoine de la commune de Chorfa, à l’est de Bouira, pour célébrer la Journée de la victoire coïncidant avec le 19 Mars. A ses côtés, Drifa Ben M’hidi, sœur de Larbi Ben M’hidi, et Saria Guernia, ancienne membre de la Fédération de France du FLN.

Tout au long de la conférence, Mohamed Ghafir n’a pas caché sa déception. « C’est désolant ! Beaucoup de dates historiques et hautement significatives passent inaperçues. Même dans les manuels scolaires, c’est vide», s’indigne-t-il.

Pour revenir à l’objet de la rencontre, Moh Clichy a relaté la chronologie des événements qui ont conduit au cessez-le-feu du 19 Mars 1962, tout en exposant le rôle important qu’a joué la communauté algérienne en France durant la Révolution. « Un second front de la guerre a été ouvert sur le sol du colonisateur. C’était la première fois dans l’histoire des nations qui luttaient pour leur indépendance.
Toutes ces dates passent inaperçues», déplore encore le conférencier.

Tout en appuyant les déclarations de Mohamed Ghafir, la moudjahida Seria Guernia apporte son témoignage : « Tout ce qui se faisait en Algérie durant la Révolution avait un écho et un impact sur la communauté algérienne en France. Nous étions tous mobilisés face à la machine de guerre coloniale sur son sol.

N’oublions pas que 80% du budget de la Révolution provenait de l’émigration.»
Dans son témoignage, Drifa Ben M’hidi a évoqué les réunions qui se tenaient dans la demeure familiale pour préparer le déclenchement de la Révolution, avec son frère Larbi, Didouche Mourad, Boudiaf et autres. « Je revendique aussi la repentance de la France pour ses crimes de guerre en Algérie. Aussaresses a été puni non pas pour ce qu’il a fait, mais pour ce qu’il a dit»,
dit-elle.

Pour clore son intervention et à la lumière de ce qui se passe actuellement en Algérie, la conférencière a lancé un appel à la jeunesse : « Il faut lutter pacifiquement pour arracher les droits, loin de tout régionalisme.» Drifa Ben M’hidi a appelé la France à se repentir pour ses crimes de guerre commis en Algérie. Lire la suite      

formats

«Il se pourrait que l’on se soit rendu compte d’une erreur d’aiguillage, ayant nécessité une rectification de tir»

Publié le 29 mars 2015, par dans Non classé.

Très surpris de la programmation de deux affaires Khalifa devant le tribunal criminel près la cour de Blida, Me Nasreddine Lezzar, avocat de Moumène Khalifa, qualifie cette décision de « rassurante». Dans l’entretien, il explique que les deux affaires, devant être jugées le 4 mai prochain, portent sur les mêmes faits.

Ce qui, selon lui, suppose qu’il y aura soit le renvoi de l’une d’elles ou la fusion des deux. D’après Me Lezzar, les choses vont se dérouler autrement par une nécessaire correction du premier verdict, cassé par la Cour suprême pour une mauvaise application de la loi….

La date du procès de Abdelmoumen Khalifa est finalement fixée au 4 mai prochain. Il y a quelques jours, vous aviez exprimé, sur nos colonnes, des doutes quant à la possibilité de la tenue d’un nouveau jugement. Qu’en pensez-vous aujourd’hui ?

La première conclusion à tirer et qui, en l’occurrence, est rassurante est la décision de rejuger Abdelmoumen Khalifa. Il est vrai que nous avions eu des doutes à un moment donné, non pas gratuitement, mais sur la base d’indicateurs d’ordre procédural, notamment, à travers les éléments suivants : la non-mise en œuvre des procédures prévues lors de l’arrestation du contumax qui dictaient une remise à plat de tous les actes de procédure accomplis depuis l’ordonnance de contumace, le rejet de notre recours contre l’arrêt de renvoi et surtout le motif non convaincant de ce rejet, hors délai du recours, alors qu’il a été enregistré dès l’arrivée du contumax à Alger.

A ce titre, il faut signaler que ce rejet en la forme, pour un motif bancal, présente deux inconvénients majeurs ; la dispense de l’examen du dossier dans le fond, et il a pour conséquence de juger le contumax sur la base de la première ordonnance de renvoi établie à la suite d’une instruction qui n’a jamais auditionné le contumax.

L’autre indicateur d’ordre procédural est ce refus de notification du jugement de la condamnation qui aurait permis, si elle avait été faite, d’intenter une opposition contre l’arrêt de condamnation et donc aurait donné à Moumène Khalifa le droit à un procès.

Cet élément a accentué notre doute, parce que nous avions présenté une demande de notification du jugement et nous n’avions reçu aucune réponse. Ce qui dénotait une volonté de privation de l’intéressé du droit d’avoir un procès.

Selon vous, y a-t-il eu un changement dans l’orientation ou dans la prise en charge de ces affaires ?

Je ne peux pas dire qu’il y a eu un changement d’orientation. Il est possible qu’il y ait eu une erreur d’évaluation de notre part ou une approche procédurale différente. Tout comme il se pourrait que l’on se soit rendu compte d’une erreur d’aiguillage, qui a nécessité une rectification de tir.

Les deux affaires sont programmées le même jour, à des heures différentes, dans une même juridiction – Blida – avec la même composition du tribunal criminel, le même représentant du parquet et le même greffier. Comment expliquer cela ?

Il y a l’affaire n°47 qui est un retour après cassation. N’étant pas cité dans l’arrêt de la Cour suprême, Moumène n’est pas concerné. Ce sera un nouveau procès pour l’ensemble des accusés qui ont invalidé le jugement.

Par contre, l’affaire n°48 concerne uniquement Moumène Khalifa, un condamné par contumace. Il va être jugé pour la première fois tandis qu’il sera présent. Avec son arrestation, tous les actes de procédure et notamment le jugement de condamnation sont tombés en caducité, et ce, conformément, au code de procédure pénale.

Est-il possible de juger les deux affaires le même jour ?

Ces deux dossiers portent sur les mêmes faits. La programmation le même jour laisse entrevoir deux hypothèses : la volonté de report de l’une d’elles ou une jonction. C’est-à-dire la fusion des deux affaires en une seule.

Y aura-t-il du nouveau dans ce procès ?

Naturellement, l’invalidation du précédent arrêt signifie que les juges du tribunal criminel de Blida avaient fait une mauvaise application du droit, étant donné que la Cour suprême juge le droit et non les faits. Les choses vont donc se dérouler autrement par une nécessaire correction des mauvaises applications du doit.

Quel effet aura la présence de l’accusé principal sur le procès ?

Je réfute cette qualification médiatique et non juridique d’accusé principal. Elle est complètement fausse et insidieuse, d’une part, et constitue un pré jugement par abus de langage. Elle a été consacrée par la presse, à bon ou à mauvais escient. Mais, dans l’un ou l’autre cas, elle a causé énormément de préjudices à Moumène. Khalifa est un accusé entre autres qui, encore et toujours, est présumé innocent.
Rien ne permet de lui attribuer un statut d’accusé principal ou de simple comparse.

Je profite de cette tribune pour lancer un appel à l’éthique d’une presse qui doit faire son examen de conscience quant au traitement qu’elle a réservé à cette affaire et notamment à Moumène Khalifa. Elle a déduit, sans pertinence, de la qualité de président-directeur général du groupe, à l’endossement de la responsabilité pénale principale, il en fut.

Elle est passée par un raccourci très incommode, de la présence du nom d’un accusé parmi une centaine à une affaire éponyme. Il y a quelques jours, la une d’un journal avait affiché Moumène Khalifa en présence d’une actrice devant des bouteilles de liqueurs, dans une position insinuant une soirée bachique et libertine à la limite d’une ambiance canaille. Moumène n’a jamais été dans cette position et n’a jamais été en présence de cette actrice. Avant de publier cette photo, grossièrement montée, s’est-on soucié de ce que ressentirait la famille de Moumène en la voyant.

Cette publication à quelques jours de l’annonce de la date du procès est une manipulation de l’opinion, une tentative d’influence de la justice. Elle est constitutive d’un délit de presse, une diffamation, une atteinte à la dignité et à l’honneur que la loi sanctionne et que nous poursuivrons.

Doit-on s’attendre à des révélations lors de ces deux procès ?

Silence et sourire. Lire la suite      

Facebook Twitter Gplus RSS
© Radio-Dzair.com